chez moi
Foutue Télé !








Une oeuvre de Dana
"Serials"






Je ne peux plus regarder la télé. J'en suis atterré. C'est fini. J'en peux plus du sang trop rouge, de toute cette hémoglobine qui coule à grands seaux de tous ces soaps qui nous montrent un monde malade, ivre de cruauté, autant que dans les arènes d’une Rome antique, sauf que c'est à la télé. J'en peux plus.

J'essaye, encore !, vaillamment, je l'allume et je me force à pas trop zapper, et puis je zappe de plus en plus vite jusqu'à l'éteindre, je suis trop consterné. La misère humaine est si abyssalement profonde. Et le pire c'est que la réalité dépasse toujours la fiction.

Ce n'est plus ce monde que j’ai envie de voir. Il est là, je le sais, mais je m'en fous désormais. C'est un monde comme un autre et différent du mien, une autre planète avec d'autres centres d'intérêts. Ok. Un monde qui pue le cadavre décomposé dans le ventre d’un alligator des Experts, le squelette d’une belle nana de 23 ans bouffée vivante par les rats de Bones, la peine capitale et si lourde sur les épaules pourtant solides d’un intègre procureur de la République dans Police Judiciaire. J'les aimais bien ces séries avant. Avant quoi ?

Qu'est-ce qui s'est passé dans ma tête pour que je devienne incapable de voir le monde que nous impose la télévision ? Faux. Mais qui traduit toutes nos angoisses et à quel point l'Humanité est malade. Et dépressive. Et morbide.

Tout ce que je vois, même en zappant très vite !, est si loin de ma vérité. Oui, on a tous peur de mourir. Oui on a peur de tout. Et oui ça fait du bien de voir qu'on n'est pas les seuls à avoir des problèmes en regardant la télévision. Mais à ce point ?! Les films policiers ont envahi tous nos écrans,  et si j'ai bien fait mes calculs, car j'ai analysé depuis belle lurette leur nombre par rapport à d'autres programmes, le mot invasion est faible. C’est un tsunami. De pire en pire. Et toujours des meurtres, toujours plus diaboliques, des assassins qu‘on a envie de comprendre, des victimes qui peuvent vite te faire chier, et le bien qui triomphe toujours à la fin, quoique, le coupable qui rôtit sur la chaise électrique devant la femme de la victime qui restera poursuivie jour et nuit jusqu’à la fin de sa vie par le poids insupportable de sa vengeance. Même reconnue devant les tribunaux.

J'en peux plus de leurs infos propagandes, de leurs animateurs tronche de premiers de la classe. Y en a marre de leur monde formaté, politiquement correct, ils osent pas le dire, à la solde de l'argent et du pouvoir.

Et ça me mine. Comment vais-je occuper ma vie sans la télé pour me distraire ? Car elle n'a pas que ses mauvais côtés. Un Victor-Victoria grand écran, ça a de la gueule. Et ça t'emmène ailleurs. C'est si bon de rêver.

Du bon et du mauvais, comme en toutes choses. Reste à savoir comment je vais le gérer. Probablement dans un juste équilibre : je choisis ce que je veux voir. Et je me fous de la mode.





 

 




Le conte de Souris
soldat d'assaut
Le journal du Colonel
Itinerrances
Un Sacré rêve
Il va être père. A Paul et Angélique
Pendant ce temps à Veracruz 1
Chris chez Franck Fernandel
Trop top le rateau du voisin !
Dans les coulisses du temps d'un prof
Mon mantra du matin
Le petit bidon
Alice
Daltonien
mon 1er manuscrit refusé
Les "petits" métiers
Youpi ! L'école est finie
Debout
Notre Dame a sauvé Marseille
christian
Ma Méditerranée
Ses pieds lui rappellent
Il compte
La Bougie
Pendant ce temps à Veracruz 2
Pas un bruit
Un thé nature !
Stardate 52510.38.
Au Bois Joli
Foutue Télé !
Ô Toulouuuuuuse
Pendant ce temps à Veracruz 3
ma Méditerranée
Carnet de voyages
Tropiques Calypso
Marseille
Ma page est encore blanche.
Une rose pour Isabelle
Ma Mama corse
Pendant ce temps à Veracruz 4
TV. Lettre à feu.
Dehors l'oiseau
TV, le Grand zapping
Doumé ! La dournée !
TV again
TV folle !
La page est blanche
On vit
Le Routier
Au-delà de la fiction
La plage bis !
Ecocide
Etat des lieux
Nombre de têtes nucléaires ?
Un monde s'écroule
Chacun sur sa planète.
Le con ducteur de BM
Un soir comm'ça.
Pour trouver ton but
L'Infini nous attend
Belle époque
LE CRI
A la maison de retraite
TV war show, 14 juillet
Pauvres fous que nous sommes
France 5, Arrêt sur Images
Education à refaire
De l'amour.
20000 lieues, Les Goudes
"Elle" s'appelle Edith
Pendant ce temps à Veracruz 5
Il aurait aimé naître femme
Dans ma bibliothèque
Mes dimanches
Chez Ingrid
Le Gai Savoir du Pied
Une rose pour Isabelle
L'Invitation
Régression
Bonhomme bonhomme
Mon petit Jésus
Quand j'entendrai le glas
Si tu peux te rendre compte
Les attitudes préalables
Carnac vu par Einstein
BLC ATTITUDE
Le contrat qui nous enchaîne
code-barre
Qui est Je ?
Le chant des Baumes
J'ACCUSE
Un bar à Marseille
Matrix, Le Virus
Puissants, vous paierez
Demain c'est Noël
Les obstacles à la communication
Le chemin des étoiles
J'étais un mouton
Bien communiquer
Femme et homme mode d'emploi
Le BOYCOTT, arme de reconstruction massive.
non-dits, 90 % du message
merde aux annonceurs
Le fonctionnement de notre cerveau
L'éditoLes éditos mai 2017...Les éditos mars 2011/juin 2016Bric à BracItinérrancesIl n’y a pas d’ailleursMots de MaitresFAIS FRONT1984La pilule rouge ou la bleue ?M'écrireMa vie